Gabrielle Chanel, couturière hors norme, au Palais Galliera

Coco Chanel.. La vie de Gabrielle Chanel fascine. Pleine de mystères et de zones d'ombres, elle et a donné vie à une importante littérature. Gabrielle Chanel consacra sa longue vie à créer, perfectionner et promouvoir une nouvelle forme d’élégance fondée sur la liberté de mouvement, une attitude naturelle et désinvolte, un chic subtil éloigné des extravagances, un style atemporel pour une femme nouvelle. Tel est son « manifeste de mode », un héritage incontournable et plus que jamais d’actualité que le Palais Galliera présente aujourd’hui. La "success story", les amours tumultueuses, les relations pour le moins troubles avec l'occupant lors de la Seconde Guerre Mondiale... On en vient souvent à oublier le travail de la créatrice. C'était sans compter sur le Palais Galliera, qui y remédie dans la première rétrospective parisienne qui lui est dédiée.

Coco Chanel – Années 1930.
© Ministère de la Culture – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine,
Dist. RMN-Grand Palais / André Kertész

Intitulée « Gabrielle Chanel. Manifeste de mode », l'exposition imaginée par la directrice du Musée Miren Arzalluz et ses équipes est la première d'envergure dédiée à la grande dame de la mode française. « C’est quoi l’esthétique Chanel ? interroge la Directrice du Musée. On croit tout connaître sans savoir. On ne veut pas nourrir la légende, on veut être le plus précis et subtil possible ».

Tailleurs
Printemps-été 1961
© Julien T. Hamon

Après deux années de grands travaux, le Palais Galliera, Musée de la mode de la Ville de Paris, a inauguré une rétrospective consacrée à Gabrielle Chanel. La première en France.

Il aura aussi fallu deux ans de recherches pour réunir les 350 pièces qui la composent, issues essentiellement du patrimoine de la maison Chanel (les archives de la marque) mais aussi des collections du Palais Galliera et de différentes institutions étrangères. Soutenue par la Maison Chanel, cette rétrospective chronologique nous emmènera à la découverte de la créatrice qui, dès 1912, a révolutionné le monde de la Couture et amené une vision plus contemporaine - et toujours d'actualité - du vestiaire féminin.

Henry Clarke. Anne Sainte Marie en tailleur Chanel. Photographie publiée dans Vogue US en 1955.
Paris Musées © Henry Clarke, Musée Galliera / Adagp, Paris 2020


Chanel est partenaire de l’événement, mais ce n’est pas une « exposition de marque ». « C’est notre point de vue sur la créatrice et pas sur la maison, nous ne parlons pas d’ailleurs de ses successeurs », fait valoir Miren Arzalluz dans le Monde, sans oublier pour autant que, fort longtemps, la vraie star chez Chanel s’appelait Karl Lagerfeld. Pour bien clarifier les choses, Bruno Pavlovsky, président des activités mode de Chanel, rappelle que « pour la première fois à Paris, une exposition prend pour sujet Gabrielle Chanel. Non pas la femme, mais la créatrice visionnaire ».

Tailleur
Printemps-été 1965
© Julien T. Hamon

Avec cette rétrospective, l’établissement français sort des cercles pointus de la mode pour s’atteler à une légende populaire qui a fait l’objet de deux biopics sortis en 2009 au cinéma (Coco avant Chanel, avec Audrey Tautou ; et Coco Chanel & Igor Stravinsky, avec Anna Mouglalis), de centaines de livres (Louise de Vilmorin, Paul Morand, Edmonde Charles-Roux, Claude Delay, Lilou Marquand…), de dizaines de documentaires et même d’une comédie musicale à Broadway de son vivant. Il y a donc des tabous autour de Gabrielle Chanel et c’est peut-être ce qui explique en partie la raison pour laquelle il y a eu si peu d’expositions sur elle. 

Découpée en dix chapitres, l'exposition dévoilera dix portraits photographiques de Coco Chanel qui viendront ponctuer la scénographie. "La première partie évoque ses débuts avec quelques pièces emblématiques dont la fameuse marinière en jersey de 1916 ; elle invite à suivre l’évolution du style de Chanel à l’allure chic : des petites robes noires et modèles sport des Années folles jusqu’aux robes sophistiquées des années 30", explique le communiqué transmis à la presse.

Une autre salle est consacrée au parfum iconique N° créé en 1921. On sait également qu'une partie de l'exposition sera consacrée à la grammaire vestimentaire développée par Chanel : "tailleur en tweed gansé, escarpin bicolore, sac matelassé 2.55, couleurs noire et beige bien sûr, mais aussi rouge, blanc et or... Sans oublier les bijoux fantaisie et de haute joaillerie indispensables à la silhouette de Chanel".

En tout, l'exposition occupe une surface de près de 1 500m2 d'histoire et comptera plus de 350 pièces issues autant des collections personnelles du Galliera que du Patrimoine de Chanel, de collections de particuliers ou encore provenant de musées internationaux à l'instar du Victoria & Albert Museum de Londres, le De Young Museum de San Francisco, le Museo de la Moda de Santiago du Chili, le MoMu d’Anvers. La profusion de modèles présentés est incroyable et ce qui interpelle surtout c'est la modernité des silhouettes proposées comme cet ensemble du soir constitué d'une jupe longue et d'un perfecto lamé doré (à gauche de la photo) réalisé dans les années 30 que l'on pourrait porter aujourd'hui aisément.  

Chapeau
Entre 1913 et 1915
Paris, musée des Arts
décoratifs
© Julien T. Hamon

Puis vient la guerre et la fermeture de sa maison de couture ; seule subsiste à Paris au 31, rue Cambon la vente des parfums et des accessoires. Pour son retour à la couture en 1954, Gabrielle Chanel a 71 ans et à nouveau se positionne contre la mode du moment. Elle revient dans un contexte marqué par le New-Look des silhouettes corsetées de Christian Dior, exaltant les anciens canons de la féminité. 
L'occasion parfaite pour en savoir plus sur la plus influente créatrice du XXe siècle.  Première à porter ce qu’elle crée, ses choix reflètent ses propres goûts. Dans les années 1910, ils sont aussi inspirés par l’esprit de liberté qui caractérise la vie mondaine à Deauville, où elle ouvre une boutique en 1912, puis Biarritz où elle installe sa maison de couture en 1915. Première aussi à percevoir les évolutions qui se font jour au sortir de la Première Guerre mondiale, elle s’inscrit contre tout ce qui entrave le mouvement et déséquilibre la ligne. Rejetant tout ornement superflu, elle propose des formes simples empreintes de naturel, des vêtements souples et fluides qui respectent le corps des femmes et leur accordent la capacité à se mouvoir avec aisance. Cette conception caractérisée par un étonnant mélange de dépouillement et de précision, pose les bases d’une élégance nouvelle qu’elle défendra tout au long de sa carrière. Chacune de ses créations, vêtement, accessoire, bijou, parfum, appartient à cette même vision s’inscrivant bien au-delà d’un phénomène de mode éphémère.

Gabrielle Chanel. Manifeste de mode, un parcours dans un espace de 1500 m2 – dont les nouvelles galeries ouvertes en rez-de-jardin. Sur un parcours jalonné jalonné de 350 pièces (vêtements et accessoires) datées de 1910 à 1971 issues des collections de Galliera, du Patrimoine de Chanel et de musées internationaux.

GABRIELLE CHANEL. MANIFESTE DE MODE
Du 01.10.2020 au 14.03.2021
Palais Galliera, musée de la mode de la Ville de Paris
10, Avenue Pierre Ier de Serbie 75116 Paris
Tél : 01 56 52 86 00

Pin It on Pinterest