Montmartre : le Sacré-Cœur inscrit aux monuments historiques

Geste de réconciliation ou provocation ? Le débat faire rage. La basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris, l’un des symboles de la capitale, vient en effet d'être inscrite aux monuments historiques. Cela devrait lui permettre d'être classée au premier semestre 2021. Tous les signaux sont au vert, souligne-t-on au Ministère de la Culture. 150 ans après la Commune, ce nouveau statut a une « signification symbolique de réconciliation », puisqu'il protège en même temps un lieu du culte catholique et le théâtre de la révolte du peuple de Paris : depuis 2012, rappelle-t-on au Ministère de la Culture l'État a entrepris d'étendre la protection des édifices religieux parisiens, et des églises comme la Trinité en ont profité.

La basilique, édifiée dans les années 1870, ainsi que ses abords, sont concernés par cette procédure d'inscription et de classement : cela concerne notamment le square Louise Michel, lieu de commémoration de la Commune.

C'est en partie sur la Butte Montmartre que la Commune est née il y a 150 ans et a été réprimée. L’annonce a suscité des réactions contrastées. Pour l'historienne Mathilde Larrère, l'inscription de la basilique de Montmartre au titre des monuments historiques tombe mal. Au printemps 2021 seront célébrés les 150 ans de la Commune. « Le classement du Sacré-Cœur est soit une maladresse soit une provocation », dit-elle au Point. « Une provocation et une insulte à la mémoire des 30.000 morts de la Commune », a réagi sur Twitter l’ex-grand maître du Grand-Orient de France, Philippe Foussier. Érigé pour faire payer aux Parisiens leur résistance aux Prussiens puis aux Versaillais, ce monument mériterait au contraire un "déboulonnage". On lui réserve une consécration. »

« Une insulte à l'histoire de France et aux morts de la Commune", a commenté de son côté l'Union des familles laïques selon qui "la mémoire des dominants efface l'histoire", et pour quoi cela constitue "une deuxième mort pour les révolutionnaires de 1871". 
La basilique monumentale a longtemps enflammé le débat entre cléricaux et anticléricaux. Sa construction avait répondu à un vœu émis en octobre 1871 pour "expier" la défaite de la France face à l'armée prussienne. Mais la première pierre n'avait été posée qu'en 1874, soit après la Commune. Symbolisant dans le monde entier Paris aux mêmes titres que Notre-Dame ou la Tour Eiffel, le Sacré-Cœur est visité par 10 millions de personnes par an.  Au total 66 églises sont protégées (inscrites ou classées) à Paris, sur 1.950 sites et édifices qui le sont. Environ 44.500 édifices sont protégés en France.

Le dossier va maintenant être transmis à la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture (CNPA), chargée de statuer sur le classement du site : un statut encore plus favorable pour la protection d'un monument historique. Selon le code du patrimoine, un édifice inscrit monument historique peut recevoir jusqu'à 40 % de subventions de l'État pour ses travaux de conservation et de rénovation, tandis qu'un édifice classé peut bénéficier de subventions sans limites de pourcentages.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest