Normandie Impressionniste 2020 : un pari réussi

Vous vous souvenez des réticences d’Erik Orsenna lors du lancement de Normandie Impressionniste 2020, c’était en juillet : « Les impressionnistes, encore les impressionnistes ! Les Normands ne pourraient pas un peu se renouveler ? » L’écrivain reconnaissait qu’il avait tort.. « Je n’étais pas loin d’entonner ce même refrain désabusé. Jusqu’à ce que les équipes du festival commencent à me présenter leurs idées. Jusqu’à ce que je vois arriver la vague, les vagues des propositions. Alors j’ai mesuré la paresse de ma curiosité. Non seulement ce XIX e siècle était décidément sans fond, une malle pleine de trésors dont on n’avait et n’aurait jamais fini de dresser l’inventaire. » Eh bien le public lui a donné raison. Plus d’un million de visiteurs pour les 167 expositions, lieux de visite pour découvrir ou redécouvrir les 162 artistes présentés à l’occasion de 500 rendez-vous. L’impact sur le territoire a été plus que significatif avec des retombées économiques évaluées à 24 millions d’euros. "La couleur au jour le jour" fut un succès.

Comme l’écrivait Eric Orsenna, « la preuve de la continuité, de la continuité de sa fièvre » de l’édition en a été donnée dans les innombrables expositions. « La création d’aujourd’hui s’en donne à cœur joie. Vive cette Normandie dont je découvre, d’année en année, l’incroyable et dynamique diversité ! »

Antonin Personnaz, Le peintre Armand Guillaumin peignant Baigneurs à Crozant, vers 1907. Plaque Autochrome Paris, Société française de photographie

Crise sanitaire et Covid-19 obligent, ce n'est pas la programmation initiale qui a été proposée aux visiteurs, même si la plupart des événements ont été maintenus. Ainsi le musée des Impressionnistes a choisi de virtualiser l'événement, en le faisant vivre en ligne. « Aucun festival en région ne joue sur cette dualité entre une forme traditionnelle, comme l’impressionnisme, et l’art contemporain, dit son commissaire général, Philippe Piguet. Cela m’a permis notamment de découvrir en Normandie un réseau de structures dédiées à l’art contemporain particulièrement vives et nombreuses. Elles manquaient simplement de visibilité, et nous espérons contribuer à leur en donner. » Toutes ces ballades sont à retrouver sur les sites des Musées, pour des visites en ligne.

Respirez l’air marin, embrassez les falaises et l’horizon du regard, vous êtes bien sur la côte normande où vous attendent des expositions iodées à souhait ! Revenons sur les évènements du Festival. L’Impressionnisme, une affaire de paysage ? Pas que ! Si Monet, Pissarro ou Sisley ont révélé la Normandie dans toutes ses couleurs, ils ont aussi témoigné des changements sociétaux de leur temps. C’est ce que cette nouvelle édition de Normandie Impressionniste a mis en lumière,  avec des expositions foisonnantes.

Claude Monet, Les promeneurs, 1865, Huile sur toile, Washington National Gallery of Art ©Washington National Gallery of Art

Il a suffi d’entrer dans l’exposition Les Nuits électriques du MuMa, au Havre, pour en prendre plein la vue ! Monet, Pissarro ou Bonnard s’intéressent ici à l’arrivée de l’électricité dans les villes. Surprenant, non ? Car cette quatrième édition de Normandie Impressionniste montre à quel point les peintres du plein air ont saisi leur quotidien et les mutations de leur époque.
C’est aussi l’entrée dans l’ère industrielle qui fascine ces artistes. Le Musée des Beaux-Arts de Caen dévoile leurs regards avec Les villes ardentes. Art, travail, révolte.1870/1914. Pour prolonger la balade en ville, un tour à l’Artothèque permet d’explorer, avec Serial couleurs, les filiations impressionnistes dans la création contemporaine. Assurément, la Normandie, terre nourricière du mouvement, continue de stimuler la création des artistes d’aujourd’hui !
A Dieppe, le musée de la Ville présente des toiles des grands maîtres aimantés par les beautés du rivage et propose un focus sur Eva Gonzalès, l’une des rares femmes peintres impressionnistes de renom. A Fécamp, on découvre les prémices de l’Impressionnisme avec les œuvres d’Eugène Le Poittevin qui a contribué à populariser Etretat en tant que station balnéaire à la mode (L’invention d’Etretat).
Un petit tour à Honfleur ? Goûtez aux charmes du village et embarquez pour Les couleurs de la mer. Charles-François et Karl Daubigny en Normandie au musée Eugène Boudin, qui croise les impressions du père et du fils autour de l’éclat des falaises et des humeurs marines. De quoi donner envie de vivre soi-même ces moments de pure contemplation normande !

Antonin Personnaz, Le peintre Armand Guillaumin peignant Baigneurs à Crozant, vers 1907. Plaque Autochrome Paris, Société française de photographie


Et pour un décor plus sauvage, direction les grands espaces du Cotentin. Au musée Thomas Henry de Cherbourg, Voyages en terre inconnue : Boudin, Renoir, Signac… en Cotentin retrace l’aventure de ces artistes avant-gardistes qui ont posé leurs chevalets dans cette région encore à l’écart des grands itinéraires artistiques normands. La virée promet de vibrantes escapades !

Pierre-Auguste Renoir, En été ou Lise, 1868, François Depeaux, l’homme aux 600 tableaux , Musée des Beaux-Arts de Rouen © Laurent Lachèvre

Comment en est-on arrivé à ce succès ? En 2010 est née en Normandie l’idée de bâtir un grand évènement pour célébrer l’un des courants majeurs de l’histoire de l’art : l’impressionnisme. Devenu au fil de ses éditions (2010, 2013, 2016) l’un des rendez-vous artistiques majeurs en France, Normandie Impressionniste propose aujourd’hui un festival pluridisciplinaire qui célèbre la création artistique de l’impressionnisme à nos jours. Pour sa quatrième édition en 2020, présidée par Erik Orsenna, Normandie Impressionniste célèbre ses dix ans et se réinvente selon une nouvelle formule imaginée par son commissaire général, Philippe Piguet. Ainsi l’édition 2020 propose, non pas un thème unique pour l’ensemble des événements, mais un fil directeur pluriel, riche et ouvert aux interprétations : La couleur au jour le jour.

Charles Frechon, Meules au couchant, Huile sur toile, Galerie Bertran

C’est en effet à travers le prisme de cette révolution picturale de la couleur que les impressionnistes se sont emparés de leur quotidien et de sujets liés à l’évolution de la société à leur époque : la révolution industrielle et ses conséquences sociales, économiques et urbaines, avec dans son sillage l’épanouissement d’une nouvelle classe sociale et de nouvelles pratiques (loisirs, collections etc).

Mais la Normandie a aussi associé des artistes contemporains, des normands comme Gérard Fromanger ou d'autres, afin de faire vire l'art sous toutes ces formes.

Vue de l'exposition Kyil Khor, Felicie d'Estienne d'Orves

À l’image d’un mouvement artistique qui a bouleversé notre façon de voir et de penser le monde, la quatrième édition du festival a l’ambition d’être un événement qui révèle la contemporanéité de ce mouvement et qui s’inscrit à son tour pleinement dans son temps.

En Chine, à Hu-Xian » de la série « Le désir est partout La photo date de 1974 et du second voyage autorisé en Chine. Gérard Fromanger

Normandie Impressionniste est un Groupement d’Intérêt Public composé de 35 collectivités locales normandes. Ses neuf membres fondateurs sont la Région Normandie, la Métropole Rouen Normandie, le Département de l’Eure, le Département de Seine-Maritime, la Ville de Rouen, la Ville de Caen, la Ville du Havre, Le Havre Seine Métropole et la Communauté urbaine Caen-la-Mer.

https://www.youtube.com/watch?v=D7E2iUiWegA&feature=

https://www.youtube.com/watch?v=OJrbs8I_0C4

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest